Bichat 2017 joue l’ouverture et encourage l’exercice pluri-professionnel | Santé Recrut

Entretien F. Sarkozy

Bichat 2017 joue l’ouverture et encourage l’exercice pluri-professionnel

Actualités | 13/10/2017 - Spécial Emploi LES ENTRETIENS DE BICHAT 2017

En trois jours, les 70es entretiens de Bichat s’apprêtent à accueillir plus de 4000 professionnels de santé pour échanger sur les innovations et les prises en charge à mieux coordonner. Au contact des experts et des spécialistes, ces rencontres offrent un accès unique aux évolutions en cours tant au niveau des pratiques professionnelles que de l’organisation quotidienne des soins. Le Docteur François Sarkozy qui préside ces entretiens répond à nos questions.

  • JEAN CHRISTOPHE MARMARA

     1/1

Pourquoi les entretiens de Bichat s’ouvrent-t-ils à un plus large public professionnel ?


FRANÇOIS SARKOZY : « L’an dernier, plusieurs centaines de pharmaciens et d’infirmiers ont déjà franchi le seuil des entretiens de Bichat. Nous souhaitons leur ouvrir encore davantage l’accès à ces échanges à la fois scientifiques et pédagogiques pour partager les connaissances et donner  un coup d’accélérateur aux exercices pluriprofessionnels. Les jeunes médecins généralistes ne veulent plus exercer seuls. Les statistiques du ministère de la Santé montrent tout l’attrait des maisons de santé pour les jeunes.

Il est temps d’optimiser l’utilisation des ressources disponibles en mettant en avant les nouvelles pratiques rendues possibles notamment grâce au déploiement de la télémédecine et du télésuivi. Ces nouvelles solutions qui se construisent dans les territoires passent par un maillage utile des pharmaciens, des infirmiers et des kinésithérapeutes. Il me paraît donc naturel de leur faciliter l’accès aux entretiens de Bichat, qui ont été réservés aux médecins pendant près de 70 ans. »

 


L’accélération des prises en charge en ambulatoire rythme ces trois jours d’entretiens : cela va-t-il concerner toutes les spécialités ?


F. S. : « Ce fil rouge s’est imposé à nous cette année et même s’il va être beaucoup question de cancérologie, notre choix est de l’aborder dans toutes les spécialités. C’est effectivement assez ambitieux. La Haute Autorité de santé, comme la direction générale de la santé, mais aussi les instances ordinales, les fédérations des pôles et maisons de santé, redoublent d’efforts pour faciliter l’accès aux soins au plus proche du domicile. Les questions relatives aux sorties précoces de l’hôpi- tal après une chirurgie, un problème cardio-vasculaire, un traitement du cancer, la prise en charge des maladies neuro-dégénératives seront en priorité abordées cette année. Pour y parvenir nous mixons les interventions à la fois institutionnelles et de terrain pour répondre aux questions et aux attentes des professionnels et pour que chacun reparte avec des solutions concrètes».

 


La vaccination des professionnels de santé sera-t-elle à l’ordre du jour ?


F. S. « C’est effectivement l’occasion d’en parler ouvertement. La vaccination des professionnels est rarement abordée. Seuls 80 % des médecins et la moitié des infirmiers sont à jour de leur vaccination. Pour rompre avec la tradition des cordonniers les plus mal chaussés, il sera question de la vaccination des professionnels de santé. Pour la deuxième année consécutive, les entretiens de Bichat sonneront le coup d’envoi de la campagne de vaccination contre la grippe. Chacun pourra d’ailleurs saisir l’occasion de faire un détour par le kiosque de la vaccination, pour se prémunir avant d’affronter le virus qui ne tardera pas à circuler dans les cabinets et tous les lieux de soins. C’est une occasion unique de poser le problème et d’en parler».


 

 

 

Source : @laurenceMauduit

Les autres articles du dossier

Les professionnels en pole position

Vaccination en question

La coordination des soins s'accélère

Ville-Hôpital

Ces nouveaux outils qui révolutionnent les prises en charge

Portails, réseaux, applications

Quoi de neuf ?

Pratique quotidienne